A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 10 000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
C'tait
une seule masse tasse dans la puanteur, dormant de la mme haleine
pestilentielle. Sous la porte de l'table, la senteur aigre de la
chvre passait; pendant que le petit cochon vautr sur le dos,
soufflait grassement, prs d'une cuelle vide. De son gosier de
cuivre, le grand coq fauve Alexandre jeta un cri, qui veilla au
loin, un un, les appels passionns de tous les coqs du village.

Brusquement, l'abb Mouret se souvint. La fivre dont il entendait
la poursuite, l'avait atteint dans la basse-cour de Dsire, en face
des poules chaudes encore de leur ponte et des mres lapines,
s'arrachant le poil du ventre. Alors, la sensation d'une respiration
sur son cou fut si nette, qu'il se tourna, pour voir enfin qui le
prenait ainsi la nuque. Et il se rappela Albine bondissant hors du
Paradou, avec la porte qui claquait sur l'apparition d'un jardin
enchant; il se la rappela galopant le long de l'interminable
muraille, suivant le cabriolet la course, jetant des feuilles de
bouleau au vent comme autant de baisers; il se la rappela encore, au
crpuscule, qui riait des jurons de Frre Archangias, les jupes
fuyantes au ras du chemin, pareilles une petite fume de poussire
roule par l'air du soir. Elle avait seize ans; elle tait trange,
avec sa face un peu longue; sentait le grand air, l'herbe, la terre.
Et il avait d'elle une mmoire si prcise, qu'il revoyait une
gratignure, l'un de ses poignets souples, rose sur la peau
blanche. Pourquoi donc riait-elle ainsi, en le regardant de ses yeux
bleus? Il tait pris dans son rire, comme dans une onde sonore qui
rsonnait partout contre sa chair; il la respirait, il l'entendait
vibrer en lui. Oui, tout son mal venait de ce rire qu'il avait bu.

Debout au milieu de la chambre, les deux fentres ouvertes, il resta
grelottant, pris d'une peur qui lui faisait cacher la tte entre les
mains. La journe entire aboutissait donc cette vocation d'une
fille blonde, au visage un peu long, aux yeux bleus? Et la journe
entire entrait par les deux fentres ouvertes. C'taient, au loin,
la chaleur des terres rouges, la passion des grandes roches, des
oliviers pousss dans les pierres, des vignes tordant leurs bras au
bord des chemins; c'taient, plus prs, les sueurs humaines que
l'air apportait des Artaud, les senteurs fades du cimetire, les
odeurs d'encens de l'glise, perverties par des odeurs de filles aux
chevelures grasses; c'taient encore des vapeurs de fumier, la bue
de la basse-cour, les fermentations suffocantes des germes. Et
toutes ces haleines affluaient la fois, en une mme bouffe
d'asphyxie, si rude, s'enflant avec une telle violence, qu'elle
l'touffait. Il fermait ses sens, il essayait de les anantir. Mais,
devant lui, Albine reparut comme une grande fleur, pousse et
embellie sur ce terreau. Elle tait la fleur naturelle de ces
ordures, dlicate au soleil, ouvrant le jeune bouton de ses paules
blanches, si heureuse de vivre, qu'elle sautait de sa tige et
qu'elle s'envolait sur sa bouche, en le parfumant de son long rire.

Le prtre poussa un cri. Il avait senti une brlure ses lvres.
C'tait comme un jet ardent qui avait coul dans ses veines. Alors,
cherchant un refuge, il se jeta genoux devant la statuette de
l'Immacule-Conception, en criant, les mains jointes:

- Sainte Vierge des Vierges, priez pour moi!





XVII.

L'Immacule-Conception, sur la commode de noyer, souriait
tendrement, du coin de ses lvres minces, indiques d'un trait de
carmin. Elle tait petite, toute blanche. Son grand voile blanc, qui
lui tombait de la tte aux pieds, n'avait, sur le bord, qu'un filet
d'or, imperceptible. Sa robe, drape longs plis droits sur un
corps sans sexe, la serrait au cou, ne dgageait que ce cou
flexible. Pas une seule mche de ses cheveux chtains ne passait.
Elle avait le visage rose, avec des yeux clairs tourns vers le
ciel; elle joignait des mains roses, des mains d'enfant, montrant
l'extrmit des doigts sous les plis du voile, au-dessus de
l'charpe bleue, qui semblait nouer sa taille deux bouts flottants
du firmament. De toutes ses sductions de femme, aucune n'tait nue,
except ses pieds, des pieds adorablement nus, foulant l'glantier
mystique. Et, sur la nudit de ses pieds, poussaient des roses d'or,
comme la floraison naturelle de sa chair deux fois pure.

- Vierge fidle, priez pour moi! rptait dsesprment le prtre.

Celle-l ne l'avait jamais troubl. Elle n'tait pas mre encore;
ses bras ne lui tendaient point Jsus, sa taille ne prenait point
les lignes rondes de la fcondit. Elle n'tait pas la reine du
ciel, qui descendait couronne d'or, vtue d'or, ainsi qu'une
princesse de la terre, porte triomphalement par un vol de
chrubins. Celle-l ne s'tait jamais montre redoutable, ne lui
avait jamais parl avec la svrit d'une matresse toute puissante,
dont la vue seule courbe les fronts dans la poussire. Il osait la
regarder, l'aimer, sans craindre d'tre mu par la courbe molle de
ses cheveux chtains; il n'avait que l'attendrissement de ses pieds
nus, ses pieds d'amour, qui fleurissaient comme un jardin de
chastet, trop miraculeusement pour qu'il contentt son envie de les
couvrir de caresses. Elle parfumait la chambre de son odeur de lis.
Elle tait le lis d'argent plant dans un vase d'or, la puret
prcieuse, ternelle, impeccable. Dans son voile blanc, si
troitement serr autour d'elle, il n'y avait plus rien d'humain,
rien qu'une flamme vierge brlant d'un feu toujours gal. Le soir
son coucher, le matin son rveil, il la trouvait l, avec son mme
sourire d'extase. Il laissait tomber ses vtements devant elle, sans
une gne, comme devant sa propre pudeur.

- Mre trs pure, Mre trs chaste, Mre toujours vierge, priez pour
moi! balbutia-t-il peureusement, se serrant aux pieds de la Vierge,
comme s'il avait entendu derrire son dos le galop sonore d'Albine.
Vous tes mon refuge, la source de ma joie, le temple de ma sagesse,
la tour d'ivoire o j'ai enferm ma puret. Je me remets dans vos
mains sans tache, je vous supplie de me prendre, de me recouvrir
d'un coin de votre voile, de me cacher sous votre innocence,
derrire le rempart sacr de votre vtement, pour qu'aucun souffle
charnel ne m'atteigne l. J'ai besoin de vous, je me meurs sans
vous, je me sens jamais spar de vous, si vous ne m'emportez
entre vos bras secourables, loin d'ici, au milieu de la blancheur
ardente que vous habitez. Marie conue sans pch, anantissez-moi
au fond de la neige immacule tombant de chacun de vos membres. Vous
tes le prodige d'ternelle chastet. Votre race a pouss sur un
rayon, ainsi qu'un arbre merveilleux qu'aucun germe n'a plant.
Votre fils Jsus est n du souffle de Dieu, vous-mme tes ne sans
que le ventre de votre mre ft souill, et je veux croire que cette
virginit remonte ainsi d'ge en ge, dans une ignorance sans fin de
la chair. Oh! vivre, grandir, en dehors de la honte des sens! Oh!
multiplier, enfanter, sans la ncessit abominable du sexe, sous la
seule approche d'un baiser cleste!

Cet appel dsespr, ce cri pur de dsir, avait rassur le jeune
prtre. La Vierge, toute blanche, les yeux au ciel, semblait sourire
plus doucement de ses minces lvres roses. Il reprit d'une voix
attendrie:

- Je voudrais encore tre enfant. Je voudrais n'tre jamais qu'un
enfant marchant l'ombre de votre robe. J'tais tout petit, je
joignais les mains pour dire le nom de Marie. Mon berceau tait
blanc, mon corps tait blanc, toutes mes penses taient blanches.
Je vous voyais distinctement, je vous entendais m'appeler, j'allais
vous dans un sourire, sur des roses effeuilles. Et rien autre, je
ne sentais pas, je ne pensais pas, je vivais juste assez pour tre
une fleur vos pieds. On ne devrait point grandir. Vous n'auriez
autour de vous que des ttes blondes, un peuple d'enfants qui vous
aimeraient, les mains pures, les lvres saines, les membres tendres,
sans une souillure, comme au sortir d'un bain de lait. Sur la joue
d'un enfant, on baise son me. Seul un enfant peut dire votre nom
sans le salir. Plus tard, la bouche se gte, empoisonne les
passions. Moi-mme, qui vous aime tant, qui me suis donn vous, je
n'ose toute heure vous appeler, ne voulant pas vous faire
rencontrer avec mes impurets d'homme. J'ai pri, j'ai corrig ma
chair, j'ai dormi sous votre garde, j'ai vcu chaste; et je pleure,
en voyant aujourd'hui que je ne suis pas encore assez mort ce
monde pour tre votre fianc. O Marie, Vierge adorable, que n'ai-je
cinq ans, que ne suis-je rest l'enfant qui collait ses lvres sur
vos images! Je vous prendrais sur mon coeur, je vous coucherais
mon ct, je vous embrasserais comme une amie, comme une fille de
mon ge, j'aurais votre robe troite, votre voile enfantin, votre
charpe bleue, toute cette enfance qui fait de vous une grande
soeur. Je ne chercherais pas baiser vos cheveux, car la chevelure
est une nudit qu'on ne doit point voir; mais je baiserais vos pieds
nus, l'un aprs l'autre, pendant des nuits entires, jusqu' que
j'aie effeuill sous mes lvres les roses d'or, les roses mystiques
de nos veines.

Il s'arrta, attendant que la Vierge abaisst ses yeux bleus,
l'effleurt au front du bord de son voile. La Vierge restait
enveloppe dans la mousseline jusqu'au cou, jusqu'aux ongles,
jusqu'aux chevilles, tout entire au ciel, avec cet lancement du
corps qui la rendait fluette, dgage dj de la terre.

- Eh bien, continua-t-il plus follement, faites que je redevienne
enfant, Vierge bonne, Vierge puissante. Faites que j'aie cinq ans.
Prenez mes sens, prenez ma virilit. Qu'un miracle emporte tout
l'homme qui a grandi en moi. Vous rgnez au ciel, rien ne vous est
plus facile que de me foudroyer, que de scher mes organes, de me
laisser sans sexe, incapable du mal, si dpouill de toute force,
que je ne puisse mme plus lever le petit doigt sans votre
consentement. Je veux tre candide, de cette candeur qui est la
vtre, que pas un frisson humain ne saurait troubler. Je ne veux
plus sentir ni mes nerfs, ni mes muscles, ni le battement de mon
coeur, ni le travail de mes dsirs.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | Next |

N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.