A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 10 000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Ah bien! tu joues donc cache-
cache? Je t'ai appel plus de dix fois de toutes mes forces... Je
croyais que tu tais sorti.

Elle fouillait les coins d'ombre du regard, d'un air curieux. Elle
alla mme jusqu'au confessionnal, sournoisement, comme si elle
s'apprtait surprendre quelqu'un, cach en cet endroit. Elle
revint, dsappointe, reprenant:

- Alors, tu es seul? Tu dormais peut-tre? A quoi peux-tu t'amuser
tout seul, quand il fait noir?... Allons, viens, nous nous mettons
table.

Lui, passait ses mains fivreuses sur son front, pour effacer des
penses que tout le monde srement allait lire. Il cherchait
machinalement reboutonner sa soutane, qui lui semblait dfaite,
arrache, dans un dsordre honteux. Puis, il suivit sa soeur, la
face svre, sans un frisson, raidi dans cette volont de prtre
cachant les agonies de sa chair sous la dignit du sacerdoce.
Dsire ne s'aperut pas mme de son trouble. Elle dit simplement,
en entrant dans la salle manger:

- Moi, j'ai bien dormi. Toi, tu as trop bavard, tu es tout ple.

Le soir, aprs le dner, Frre Archangias vint faire sa partie de
bataille avec la Teuse. Il avait, ce soir-l, une gaiet norme.
Quand le Frre tait gai, il allongeait des coups de poing dans les
ctes de la Teuse, qui lui rendait des soufflets, toute vole.
Cela les faisait rire, d'un rire dont les plafonds tremblaient.
Puis, il inventait des farces extraordinaires: il cassait avec son
nez des assiettes poses plat, il pariait de fendre coup de
derrire la porte de la salle manger, il jetait tout le tabac de
sa tabatire dans le caf de la vieille servante, ou bien apportait
une poigne de cailloux qu'il lui glissait dans la gorge, en les
enfonant avec la main, jusqu' la ceinture. Ces dbordements de
joie sanguine clataient pour un rien, au milieu de ses colres
accoutumes; souvent un fait dont personne ne riait lui donnait une
vritable attaque de folie bruyante, tapant des pieds, tournant
comme une toupie, se tenant le ventre.

- Alors, vous ne voulez pas me dire pourquoi vous tes gai? demanda
la Teuse.

Il ne rpondit pas. Il s'tait assis califourchon sur une chaise,
il faisait le tour de la table en galopant.

- Oui, oui, faites la bte, reprit-elle. Mon Dieu! que vous tes
bte! Si le bon Dieu vous voit, il doit tre content de vous!

Le Frre venait de se laisser aller la renverse, l'chine sur le
carreau, les jambes en l'air. Sans se relever, il dit gravement:

- Il me voit, il est content de me voir. C'est lui qui veut que je
sois gai... Quand il consent m'envoyer une rcration, il sonne la
cloche dans ma carcasse. Alors, je me roule. a fait rire tout le
paradis.

Il marcha sur l'chine jusqu'au mur; puis, se dressant sur la nuque,
il tambourina des talons, le plus haut qu'il pt. Sa soutane, qui
retombait, dcouvrait son pantalon noir raccommod aux genoux avec
des carrs de drap vert. Il reprenait:

- Monsieur le cur, voyez donc o j'arrive. Je parie que vous ne
faites pas a... Allons, riez un peu. Il vaut mieux se traner sur
le dos, que de souhaiter pour matelas la peau d'une coquine. Vous
m'entendez, hein! On est une bte pour un moment, on se frotte, on
laisse sa vermine. a repose. Moi, lorsque je me frotte, je
m'imagine tre le chien de Dieu, et c'est a qui me fait dire que
tout le paradis se met aux fentres, riant de me voir... Vous pouvez
rire aussi, monsieur le cur. C'est pour les saints et pour vous.
Tenez, voici une culbute pour saint Joseph, en voici une autre pour
saint Jean, une autre pour saint Michel, une pour saint Marc, une
pour saint Mathieu...

Et il continua, dfilant tout un chapelet de saints, culbutant
autour de la pice. L'abb Mouret, rest silencieux, les poignets au
bord de la table, avait fini par sourire. D'ordinaire, les joies du
Frre l'inquitaient. Puis, comme celui-ci passait la porte de la
Teuse, elle lui allongea un coup de pied.

- Voyons, dit-elle, jouons-nous, la fin?

Frre Archangias rpondit par des grognements. Il s'tait mis
quatre pattes. Il marchait droit la Teuse, faisant le loup.
Lorsqu'il l'eut atteinte, il enfona la tte sous ses jupons, il lui
mordit le genou droit.

- Voulez-vous bien me lcher! criait-elle. Est-ce que vous rvez
des salets, maintenant!

- Moi! balbutia le Frre, si gay par cette ide, qu'il resta sur
la place, sans pouvoir se relever. Eh! regarde, j'trangle, rien que
d'avoir got ton genou. Il est trop sal, ton genou... Je mords
les femmes, puis je les crache, tu vois.

Il la tutoyait, il crachait sur ses jupons. Quand il eut russi se
mettre debout, il souffla un instant, en se frottant les ctes. Des
bouffes de gaiet secouaient encore son ventre, comme une outre
qu'on achve de vider. Il dit enfin, d'une grosse voix srieuse:

- Jouons... Si je ris, c'est mon affaire. Vous n'avez pas besoin de
savoir pourquoi, la Teuse.

Et la partie s'engagea. Elle fut terrible. Le Frre abattait les
cartes avec des coups de poing. Quand il criait: Bataille! les
vitres sonnaient. C'tait la Teuse qui gagnait. Elle avait trois as
depuis longtemps, elle guettait le quatrime d'un regard luisant.
Cependant, Frre Archangias se livrait d'autres plaisanteries. Il
soulevait la table, au risque de casser la lampe; il trichait
effrontment, se dfendant l'aide de mensonges normes, pour la
farce, disait-il ensuite. Brusquement, il entonna les Vpres, qu'il
chanta d'une voix pleine de chantre au lutrin. Et il ne cessa plus,
ronflant lugubrment, accentuant la chute de chaque verset en tapant
ses cartes, sur la paume de sa main gauche. Quand sa gaiet tait au
comble, quand il ne trouvait plus rien pour l'exprimer, il chantait
ainsi les Vpres, pendant des heures. La Teuse, qui le connaissait
bien, se pencha pour lui crier, au milieu du mugissement dont il
emplissait la salle manger

- Taisez-vous, c'est insupportable!... Vous tes trop gai, ce soir.

Alors, il entama les Complies. L'abb Mouret tait all s'asseoir
prs de la fentre. Il semblait ne pas voir, ne pas entendre ce qui
se passait autour de lui. Pendant le dner, il avait mang comme
son ordinaire, il tait mme parvenu rpondre aux ternelles
questions de Dsire. Maintenant, il s'abandonnait, bout de force;
il roulait, bris, ananti, dans la querelle furieuse qui continuait
en lui, sans trve. Le courage mme lui manquait pour se lever et
monter sa chambre. Puis, il craignait que, s'il tournait la face
du ct de la lampe, on ne vt ses larmes, qu'il ne pouvait plus
retenir. Il appuya le front contre une vitre, il regarda les
tnbres du dehors, s'endormant peu peu, glissant une stupeur de
cauchemar.

Frre Archangias, psalmodiant toujours, cligna les yeux, en montrant
le prtre endormi, d'un mouvement de tte.

- Quoi? demanda la Teuse.

Le Frre rpta son jeu de paupire, en l'accentuant.

- Eh! quand vous vous dmancherez le cou! dit la servante. Parlez,
je vous comprendrai... Tenez, un roi. Bon! je prends votre dame.

Il posa un instant ses cartes, se courba sur la table, lui souffla
dans la figure:

- La gueuse est venue.

- Je le sais bien, rpondit-elle. Je l'ai vue avec mademoiselle
entrer dans la basse-cour.

Il la regarda terriblement, il avana les poings.

- Vous l'avez vue, vous l'avez laisse entrer! Il fallait
m'appeler, nous l'aurions pendue par les pieds un clou de votre
cuisine.

Mais elle se fcha, tout en contenant sa voix, pour ne pas rveiller
l'abb Mouret.

- Ah bien! bgaya-t-elle, vous tes encore bon, vous! Venez donc
pendre quelqu'un dans ma cuisine!... Sans doute, je l'ai vue. Et
mme, j'ai tourn le dos, quand elle est alle rejoindre monsieur le
cur dans l'glise, aprs le catchisme. Ils ont bien pu y faire ce
qu'ils ont voulu. Est-ce que a me regarde? Est-ce que je n'avais
pas mettre mes haricots sur le feu?... Moi, je l'abomine, cette
fille. Mais du moment qu'elle est la sant de monsieur le cur...
Elle peut bien venir toutes les heures du jour et de la nuit. Je
les enfermerai ensemble, s'ils veulent.

- Si vous faisiez cela, la Teuse, dit le Frre avec une rage
froide, je vous tranglerais.

Elle se mit rire, en le tutoyant son tour.

- Ne dis donc pas des btises, petit! Les femmes, tu sais bien que
a t'est dfendu comme le Pater aux nes. Essaye de m'trangler un
jour, tu verras ce que je te ferai... Sois sage, finissons la
partie. Tiens, voil encore un roi.

Lui, tenant sa carte leve, continuait gronder:

- Il faut qu'elle soit venue par quelque chemin connu du diable
seul, pour m'avoir chapp aujourd'hui. Je vais pourtant tous les
aprs-midi me poster l-haut, au Paradou. Si je les surprends encore
ensemble, je ferai faire connaissance la gueuse d'un bton de
cornouiller, que j'ai taill exprs pour elle... Maintenant, je
surveillerai aussi l'glise.

Il joua, se laissa enlever un valet par la Teuse, puis se renversa
sur sa chaise, repris par son rire norme. Il ne pouvait se fcher
srieusement, ce soir-l. Il murmurait:

- N'importe, si elle l'a vu, elle n'en est pas moins tombe sur le
nez... Je veux tout de mme vous conter a, la Teuse. Vous savez, il
pleuvait. Moi, j'tais sur la porte de l'cole, quand je l'ai
aperue qui descendait de l'glise. Elle marchait toute droite, avec
son air orgueilleux, malgr l'averse. Et voil qu'en arrivant la
route, elle s'est tale tout de son long, cause de la terre qui
devait tre glissante. Oh! j'ai ri, j'ai ri! Je tapais dans mes
mains... Lorsqu'elle s'est releve, elle avait du sang un poignet.
a m'a donn de la joie pour huit jours. Je ne puis pas me
l'imaginer par terre, sans avoir la gorge et au ventre des
chatouillements qui me font clater d'aise.

Et enflant les joues, tout son jeu dsormais, il chanta le De
profundis. Puis, il le recommena. La partie s'acheva au milieu de
cette lamentation, qu'il grossissait par moments, comme pour la
goter mieux. Ce fut lui qui perdit, mais il n'en prouva pas la
moindre contrarit. Quand la Teuse l'eut mis dehors, aprs avoir
rveill l'abb Mouret, on l'entendit se perdre au milieu du noir de
la nuit, en rptant le dernier verset du psaume: Et ipse redimet
Israel ex omnibus iniquitatibus ejus, d'un air d'extraordinaire
jubilation.





XI.

L'abb Mouret dormit d'un sommeil de plomb.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | Next |

N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.