A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 10 000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Le comte Muffat amenait des fonctionnaires ayant
cette correction de tenue qu'on aimait chez les hommes aux
Tuileries; entre autres, le chef de bureau, toujours seul au
milieu de la pièce, la face rasée et les regards éteints, sanglé
dans son habit, au point de ne pouvoir risquer un geste. Presque
tous les jeunes gens et quelques personnages de hautes manières
venaient du marquis de Chouard, qui avait gardé des relations
suivies dans le parti légitimiste, après s'être rallié en entrant
au Conseil d'État. Restaient Léonide de Chezelles, Steiner, tout
un coin louche, sur lequel madame Hugon tranchait avec sa
sérénité de vieille femme aimable. Et Fauchery, qui voyait son
article, appelait ça le coin de la comtesse Sabine.

-- Une autre fois, continuait Steiner plus bas, Léonide a fait
venir son ténor à Montauban. Elle habitait le château de
Beaurecueil, deux lieues plus loin, et elle arrivait tous les
jours, dans une calèche attelée de deux chevaux, pour le voir au
Lion-d'Or, où il était descendu... La voiture attendait à la
porte, Léonide restait des heures, pendant que le monde se
rassemblait et regardait les chevaux.

Un silence s'était fait, quelques secondes solennelles passèrent
sous le haut plafond. Deux jeunes chuchotaient, mais ils se
turent à leur tour; et l'on n'entendit plus que le pas étouffé du
comte Muffat, qui traversait la pièce. Les lampes semblaient
avoir pâli, le feu s'éteignait, une ombre sévère noyait les vieux
amis de la maison, dans les fauteuils qu'ils occupaient là depuis
quarante ans. Ce fut comme si, entre deux phrases échangées, les
invités eussent senti revenir la mère du comte, avec son grand
air glacial. Déjà la comtesse Sabine reprenait:

-- Enfin, le bruit en a couru... Le jeune homme serait mort, et
cela expliquerait l'entrée en religion de cette pauvre enfant.
On dit, d'ailleurs, que jamais monsieur de Fougeray n'aurait
consenti au mariage.

-- On dit bien d'autres choses, s'écria Léonide étourdiment.

Elle se mit à rire, tout en refusant de parler. Sabine, gagnée
par cette gaieté, porta son mouchoir à ses lèvres. Et ces rires,
dans la solennité de la vaste pièce, prenaient un son dont
Fauchery resta frappé; ils sonnaient le cristal qui se brise.
Certainement, il y avait là un commencement de fêlure. Toutes
les voix repartirent; madame Du Joncquoy protestait, madame
Chantereau savait qu'on avait projeté un mariage, mais que les
choses en étaient restées là; les hommes eux-mêmes risquaient
leur avis. Ce fut, pendant quelques minutes, une confusion de
jugements où les divers éléments du salon, les bonapartistes et
les légitimistes mêlés aux sceptiques mondains, donnaient à la
fois et se coudoyaient. Estelle avait sonné pour qu'on mît du
bois au feu, le valet remontait les lampes, on eût dit un réveil.
Fauchery souriait, comme mis à l'aise.

-- Parbleu! elles épousent Dieu, lorsqu'elles n'ont pu épouser
leur cousin, dit entre ses dents Vandeuvres, que cette question
ennuyait, et qui venait rejoindre Fauchery. Mon cher, avez-vous
jamais vu une femme aimée se faire religieuse?

Il n'attendit pas la réponse, il en avait assez; et, à demi-voix:

-- Dites donc, combien serons-nous demain?... Il y aura les
Mignon, Steiner, vous, Blanche et moi... Qui encore?

-- Caroline, je pense... Simonne... Gaga sans doute... On ne
sait jamais au juste, n'est-ce pas? Dans ces occasions, on croit
être vingt et l'on est trente.

Vandeuvres, qui regardait les dames, sauta brusquement à un autre
sujet.

-- Elle a dû être très bien, cette dame Du Joncquoy, il y a quinze
ans... La pauvre Estelle s'est encore allongée. En voilà une
jolie planche à mettre dans un lit!

Mais il s'interrompit, il revint au souper du lendemain.

-- Ce qu'il y a d'ennuyeux, dans ces machines-là, c'est que ce
sont toujours les mêmes femmes... Il faudrait du nouveau.
Tâchez donc d'en inviter une... Tiens! une idée! Je vais prier
ce gros homme d'amener la femme qu'il promenait, l'autre soir,
aux Variétés.

Il parlait du chef de bureau, ensommeillé au milieu du salon.
Fauchery s'amusa de loin à suivre cette négociation délicate.
Vandeuvres s'était assis près du gros homme, qui restait très
digne. Tous deux parurent un instant discuter avec mesure la
question pendante, celle de savoir quel sentiment véritable
poussait une jeune fille à entrer en religion. Puis, le comte
revint, disant:

-- Ce n'est pas possible. Il jure qu'elle est sage. Elle
refuserait... J'aurais pourtant parié l'avoir vue chez Laure.

-- Comment! vous allez chez Laure! murmura Fauchery en riant.
Vous vous risquez dans des endroits pareils!... Je croyais qu'il
n'y avait que nous autres, pauvres diables...

-- Eh! mon cher, il faut bien tout connaître.

Alors, ils ricanèrent, les yeux luisants, se donnant des détails
sur la table d'hôte de la rue des Martyrs, où la grosse Laure
Piédefer, pour trois francs, faisait manger les petites femmes
dans l'embarras. Un joli trou! Toutes les petites femmes
baisaient Laure sur la bouche. Et, comme la comtesse Sabine
tournait la tête, ayant saisi un mot au passage, ils se
reculèrent, se frottant l'un contre l'autre, égayés, allumés.
Près d'eux, ils n'avaient pas remarqué Georges Hugon, qui les
écoutait, en rougissant si fort, qu'un flot rose allait de ses
oreilles à son cou de fille. Ce bébé était plein de honte et de
ravissement. Depuis que sa mère l'avait lâché dans le salon, il
tournait derrière madame de Chezelles, la seule femme qui lui
parût chic. Et encore Nana l'enfonçait joliment!

-- Hier soir, disait madame Hugon, Georges m'a menée au théâtre.
Oui, aux Variétés, où je n'avais certainement plus mis les pieds
depuis dix ans. Cet enfant adore la musique... Moi, ça ne m'a
guère amusée, mais il était si heureux!... On fait des pièces
singulières, aujourd'hui. D'ailleurs la musique me passionne
peu, je l'avoue.

-- Comment! madame, vous n'aimez pas la musique! s'écria madame
Du Joncquoy en levant les yeux au ciel. Est-il possible qu'on
n'aime pas la musique!

Ce fut une exclamation générale. Personne n'ouvrit la bouche de
cette pièce des Variétés, à laquelle la bonne madame Hugon
n'avait rien compris; ces dames la connaissaient, mais elles n'en
parlaient pas. Tout de suite, on se jeta dans le sentiment, dans
une admiration raffinée et extatique des maîtres. Madame Du
Joncquoy n'aimait que Weber, madame Chantereau tenait pour les
Italiens. Les voix de ces dames s'étaient faites molles et
languissantes. On eût dit, devant la cheminée, un recueillement
d'église, le cantique discret et pâmé d'une petite chapelle.

-- Voyons, murmura Vandeuvres en ramenant Fauchery au milieu du
salon, il faut pourtant que nous inventions une femme pour
demain. Si nous demandions à Steiner?

-- Oh! Steiner, dit le journaliste, quand il a une femme, c'est
que Paris n'en veut plus.

Vandeuvres, cependant, cherchait autour de lui.

-- Attendez, reprit-il. J'ai rencontré l'autre jour Foucarmont
avec une blonde charmante. Je vais lui dire qu'il l'amène.

Et il appela Foucarmont. Rapidement, ils échangèrent quelques
mots. Une complication dut se présenter, car tous deux, marchant
avec précaution, enjambant les jupes des dames, s'en allèrent
trouver un autre jeune homme, avec lequel ils continuèrent
l'entretien, dans l'embrasure d'une fenêtre. Fauchery, resté
seul, se décidait à s'approcher de la cheminée, au moment où
madame Du Joncquoy déclarait qu'elle ne pouvait entendre jouer du
Weber sans voir aussitôt des lacs, des forêts, des levers de
soleil sur des campagnes trempées de rosée; mais une main le
toucha à l'épaule, tandis qu'une voix disait derrière lui:

-- Ce n'est pas gentil.

-- Quoi donc? demanda-t-il en se tournant et en reconnaissant la
Faloise.

-- Ce souper, pour demain... Tu aurais bien pu me faire inviter.

Fauchery allait enfin répondre, lorsque Vandeuvres revint lui
dire:

-- Il paraît que ce n'est pas une femme à Foucarmont; c'est le
collage de ce monsieur, là-bas... Elle ne pourra pas venir.
Quelle déveine!... Mais j'ai racolé tout de même Foucarmont. Il
tâchera d'avoir Louise, du Palais-Royal.

-- Monsieur de Vandeuvres, demanda madame Chantereau qui haussait
la voix, n'est-ce pas qu'on a sifflé Wagner, dimanche?

-- Oh! atrocement, madame, répondit-il en s'avançant avec son
exquise politesse.

Puis, comme on ne le retenait pas, il s'éloigna, il continua à
l'oreille du journaliste:

-- Je vais encore en racoler... Ces jeunes gens doivent connaître
des petites filles.

Alors, on le vit, aimable, souriant, aborder les hommes et causer
aux quatre coins du salon. Il se mêlait aux groupes, glissait
une phrase dans le cou de chacun, se retournait avec des
clignements d'yeux et des signes d'intelligence. C'était comme
un mot d'ordre qu'il distribuait, de son air aisé. La phrase
courait, on prenait rendez-vous; pendant que les dissertations
sentimentales des dames sur la musique couvraient le petit bruit
fiévreux de cet embauchage.

-- Non, ne parlez pas de vos Allemands, répétait madame
Chantereau. Le chant, c'est la gaieté, c'est la lumière...
Avez-vous entendu la Patti dans le _Barbier_?

-- Délicieuse! murmura Léonide, qui ne tapait que des airs
d'opérette sur son piano.

La comtesse Sabine, cependant, avait sonné. Lorsque les
visiteurs étaient peu nombreux, le mardi, on servait le thé dans
le salon même. Tout en faisant débarrasser un guéridon par un
valet, la comtesse suivait des yeux le comte de Vandeuvres. Elle
gardait ce sourire vague qui montrait un peu de la blancheur de
ses dents. Et, comme le comte passait, elle le questionna.

-- Que complotez-vous donc, monsieur de Vandeuvres?

-- Moi, madame? répondit-il tranquillement, je ne complote rien.

-- Ah!... Je vous voyais si affairé... Tenez, vous allez vous
rendre utile.

Elle lui mit dans les mains un album, en le priant de le porter
sur le piano. Mais il trouva moyen d'apprendre tout bas à
Fauchery qu'on aurait Tatan Néné, la plus belle gorge de l'hiver,
et Maria Blond, celle qui venait de débuter aux
Folies-Dramatiques.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | Next |

N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.