A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 10 000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Le corps était si noueux, si réduit, que la
casaque bleue, aux manches blanches, semblait jetée sur du bois.

-- Non, tu sais, reprit-elle en s'en allant, il ne ferait pas mon
bonheur.

Une cohue emplissait encore la piste, dont l'herbe, mouillée et
piétinée, était devenue noire. Devant les deux tableaux
indicateurs, très hauts sur leur colonne de fonte, la foule se
pressait, levant la tête, accueillant d'un brouhaha chaque numéro
de cheval, qu'un fil électrique, relié à la salle du pesage,
faisait apparaître. Des messieurs pointaient sur des programmes;
Pichenette, retirée par son propriétaire, causait une rumeur.
D'ailleurs, Nana ne fit que traverser, au bras de Labordette. La
cloche, pendue au mât de l'oriflamme, sonnait avec persistance,
pour qu'on évacuât la piste.

-- Ah! mes enfants, dit-elle en remontant dans son landau, une
blague, leur enceinte du pesage!

On l'acclamait, on battait des mains autour d'elle: «Bravo!
Nana!... Nana nous est rendue!...» Qu'ils étaient bêtes! Est-ce
qu'ils la prenaient pour une lâcheuse? Elle revenait au bon
moment. Attention! ça commençait. Et le champagne en était
oublié, on cessa de boire.

Mais Nana restait surprise de trouver Gaga dans sa voiture, avec
Bijou et Louiset sur les genoux; Gaga s'était décidée, pour se
rapprocher de la Faloise, tout en racontant qu'elle avait voulu
embrasser bébé. Elle adorait les enfants.

-- A propos, et Lili? demanda Nana. C'est bien elle qui est
là-bas, dans le coupé de ce vieux?... On vient de m'apprendre
quelque chose de propre.

Gaga avait pris une figure éplorée.

-- Ma chère, j'en suis malade, dit-elle avec douleur. Hier, j'ai
dû garder le lit, tant j'avais pleuré, et aujourd'hui je ne
croyais pas pouvoir venir... Hein? tu sais quelle était mon
opinion? Je ne voulais pas, je l'avais fait élever dans un
couvent, pour un bon mariage. Et des conseils sévères, et une
surveillance continuelle... Eh bien! ma chère, c'est elle qui a
voulu. Oh! une scène, des larmes, des mots désagréables, au
point même que je lui ai allongé une calotte. Elle s'ennuyait
trop, elle voulait y passer... Alors, quand elle s'est mise à
dire: «C'est pas toi, après tout, qui as le droit de m'en
empêcher», je lui ai dit: «Tu es une misérable, tu nous
déshonores, va-t'en!» Et ça s'est fait, j'ai consenti à arranger
ça... Mais voilà mon dernier espoir fichu, moi qui avais rêvé,
ah! des choses si bien!

Le bruit d'une querelle les fit se lever. C'était Georges qui
défendait Vandeuvres contre des rumeurs vagues courant dans les
groupes.

-- Pourquoi dire qu'il lâche son cheval? criait le jeune homme.
Hier, au salon des courses, il a pris Lusignan pour mille louis.

-- Oui, j'étais là, affirma Philippe. Et il n'a pas mis un seul
louis sur Nana... Si Nana est à dix, il n'y est pour rien.
C'est ridicule de prêter aux gens tant de calculs. Où serait son
intérêt?

Labordette écoutait d'un air tranquille; et, haussant les
épaules:

-- Laissez donc, il faut bien qu'on parle... Le comte vient
encore de parier cinq cents louis au moins sur Lusignan, et s'il
a demandé une centaine de louis de Nana, c'est parce qu'un
propriétaire doit toujours avoir l'air de croire à ses chevaux.

-- Et zut! qu'est-ce que ça nous fiche! clama la Faloise en
agitant les bras. C'est Spirit qui va gagner... Enfoncée la
France! bravo l'Angleterre!

Un long frémissement secouait la foule, pendant qu'une nouvelle
volée de la cloche annonçait l'arrivée des chevaux dans la piste.
Alors, Nana, pour bien voir, monta debout sur une banquette de
son landau, foulant aux pieds les bouquets, les myosotis et les
roses. D'un regard circulaire, elle embrassait l'horizon
immense. A cette heure dernière de fièvre, c'était d'abord la
piste vide, fermée de ses barrières grises, où s'alignaient des
sergents de ville, de deux en deux poteaux; et la bande d'herbe,
boueuse devant elle, s'en allait reverdie, tournait au loin en un
tapis de velours tendre. Puis, au centre, en baissant les yeux,
elle voyait la pelouse, toute grouillante d'une foule haussée sur
les pieds, accrochée aux voitures, soulevée et heurtée dans un
coup de passion, avec les chevaux qui hennissaient, les toiles
des tentes qui claquaient, les cavaliers qui lançaient leurs
bêtes, parmi les piétons courant s'accouder aux barrières; tandis
que, de l'autre côté, quand elle se tournait vers les tribunes,
les figures se rapetissaient, les masses profondes de têtes
n'étaient plus qu'un bariolage emplissant les allées, les
gradins, les terrasses, où un entassement de profils noirs se
détachait dans le ciel. Et, au-delà encore, autour de
l'Hippodrome, elle dominait la plaine. Derrière le moulin
couvert de lierre, à droite, il y avait un enfoncement de
prairies, coupées de grands ombrages; en face, jusqu'à la Seine,
coulant au bas du coteau, se croisaient des avenues de parc, où
attendaient des files immobiles d'équipages; puis, vers Boulogne,
à gauche, le pays, élargi de nouveau, ouvrait une trouée sur les
lointains bleuâtres de Meudon, que barrait une allée de
pawlonias, dont les têtes roses, sans une feuille, faisaient une
nappe de laque vive. Du monde arrivait toujours, une traînée de
fourmilière venait de là-bas, par le mince ruban d'un chemin, à
travers les terres; pendant que, très loin, du côté de Paris, le
public qui ne payait pas, un troupeau campant dans les futaies,
mettait une ligne mouvante de points sombres, au ras du Bois,
sous les arbres.

Mais une gaieté, tout d'un coup, chauffa les cent mille âmes qui
couvraient ce bout de champ d'un remuement d'insectes, affolés
sous le vaste ciel. Le soleil, caché depuis un quart d'heure,
reparut, s'épandit en un lac de lumière. Et tout flamba de
nouveau, les ombrelles des femmes étaient comme des boucliers
d'or, innombrables, au-dessus de la foule. On applaudit le
soleil, des rires le saluaient, des bras se tendaient pour
écarter les nuages.

Cependant, un officier de paix s'en allait seul, au milieu de la
piste déserte. Plus haut, vers la gauche, un homme parut, un
drapeau rouge à la main.

-- C'est le starter, le baron de Mauriac, répondit Labordette à
une question de Nana.

Autour de la jeune femme, parmi les hommes qui se pressaient
jusque sur les marchepieds de sa voiture, des exclamations
s'élevaient, une conversation continuait, sans suite, par mots
jetés sous le coup immédiat des impressions. Philippe et
Georges, Bordenave, la Faloise ne pouvaient se taire.

-- Ne poussez donc pas!... Laissez-moi voir... Ah! le juge
entre dans sa guérite... Vous dites que c'est monsieur de
Souvigny?... Hein? il faut de bons yeux pour pincer une
longueur de nez, dans une pareille mécanique!... Taisez-vous
donc, on lève l'oriflamme... Les voilà, attention!... C'est
Cosinus qui est le premier.

Une oriflamme jaune et rouge battait dans l'air, au bout du mât.
Les chevaux arrivaient un à un, conduits par des garçons
d'écurie, avec les jockeys en selle, les bras abandonnés, faisant
au soleil des taches claires. Après Cosinus, Hasard et Boum
parurent. Puis, un murmure accueillit Spirit, un grand bai brun
superbe, dont les couleurs dures, citron et noir, avaient une
tristesse britannique. Valerio II obtint un succès d'entrée,
petit, très vif, en vert tendre, liséré de rose. Les deux
Vandeuvres se faisaient attendre. Enfin, derrière Frangipane,
les couleurs bleues et blanches se montrèrent. Mais, Lusignan,
un bai très foncé, d'une forme irréprochable, fut presque oublié
dans la surprise que causa Nana. On ne l'avait pas vue ainsi, le
coup de soleil dorait la pouliche alezane d'une blondeur de fille
rousse. Elle luisait à la lumière comme un louis neuf, la
poitrine profonde, la tête et l'encolure légères, dans
l'élancement nerveux et fin de sa longue échine.

-- Tiens! elle a mes cheveux! cria Nana ravie. Dites donc, vous
savez que j'en suis fière!

On escaladait le landau, Bordenave faillit mettre le pied sur
Louiset, que sa mère oubliait. Il le prit avec des grognements
paternels, il le haussa sur son épaule, en murmurant:

-- Ce pauvre mioche, faut qu'il en soit... Attends, je vais te
faire voir maman... Hein? là-bas, regarde le dada.

Et, comme Bijou lui grattait les jambes, il s'en chargea
également; tandis que Nana, heureuse de cette bête qui portait
son nom, jetait un regard aux autres femmes, pour voir leur tête.
Toutes enrageaient. A ce moment, sur son fiacre, la Tricon,
immobile jusque-là, agitait les mains, donnait des ordres à un
bookmaker, par-dessus la foule Son flair venait de parler, elle
prenait Nana.

La Faloise, cependant, menait un bruit insupportable. Il se
toquait de Frangipane.

-- J'ai une inspiration, répétait-il. Regardez donc Frangipane.
Hein? quelle action!... Je prends Frangipane à huit. Qui
est-ce qui en a?

-- Tenez-vous donc tranquille, finit par dire Labordette. Vous
vous donnez des regrets.

-- Une rosse, Frangipane, déclara Philippe. Il est déjà tout
mouillé... Vous allez voir le canter.

Les chevaux étaient remontés à droite, et ils partirent pour le
galop d'essai, passant débandés devant les tribunes. Alors, il y
eut une reprise passionnée, tous parlaient à la fois.

-- Trop long d'échine, Lusignan, mais bien prêt... Vous savez,
pas un liard sur Valerio II; il est nerveux, il galope la tête
haute, c'est mauvais signe... Tiens! c'est Burne qui monte
Spirit... Je vous dis qu'il n'a pas d'épaule. L'épaule bien
construite, tout est là... Non, décidément, Spirit est trop
calme... Écoutez, je l'ai vue, Nana, après la Grande Poule des
Produits, trempée, le poil mort, un battement de flanc à crever.
Vingt louis qu'elle n'est pas placée!... Assez donc! nous
embête-t-il, celui-là, avec son Frangipane! Il n'est plus temps,
voilà le départ.

C'était la Faloise qui, pleurant presque, se débattait pour
trouver un bookmaker. On dut le raisonner. Tous les cous se
tendaient. Mais le premier départ ne fut pas bon, le starter,
qu'on apercevait au loin comme un mince trait noir, n'avait pas
abaissé son drapeau rouge. Les chevaux revinrent, après un temps
de galop.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | Next |

N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.