A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 10 000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
qu'allons-nous devenir?

Ces dames hochèrent la tête. Elles étaient graves, très
inquiètes des événements.

-- Moi, dit Caroline Héquet de son air posé, je pars après-demain
pour Londres... Maman est déjà là-bas qui m'installe un hôtel...
Bien sûr, je ne vais pas me laisser massacrer à Paris.

Sa mère, en femme prudente, lui avait fait placer toute sa
fortune à l'étranger. On ne sait jamais comment une guerre peut
finir. Mais Maria Blond se fâcha; elle était patriote, elle
parlait de suivre l'armée.

-- En voilà une traqueuse!... Oui, si l'on voulait de moi, je
m'habillerais en homme pour leur flanquer des coups de fusil, à
ces cochons de Prussiens!... Quand nous claquerions toutes,
après? Une jolie chose que notre peau!

Blanche de Sivry fut exaspérée.

-- Ne dis donc pas de mal des Prussiens!... Ce sont des hommes
pareils aux autres, et qui ne sont pas toujours sur le dos des
femmes, comme tes Français... On vient d'expulser le petit
Prussien qui était avec moi, un garçon très riche, très doux,
incapable de faire du mal à personne. C'est une indignité, ça me
ruine... Et, tu sais, il ne faut pas qu'on m'embête, ou je vais
le retrouver en Allemagne!

Alors, pendant qu'elles s'empoignaient, Gaga murmura d'une voix
dolente:

-- C'est fini, je n'ai pas de chance... Il n'y a pas huit jours,
j'ai achevé de payer ma petite maison de Juvisy, ah! Dieu sait
avec quelle peine! Lili a dû m'aider... Et voilà la guerre
déclarée, les Prussiens vont venir, ils brûleront tout...
Comment veut-on que je recommence, à mon âge?

-- Bah! dit Clarisse, je m'en fiche! je trouverai toujours.

-- Bien sûr, ajouta Simonne. Ça va être drôle... Peut-être, au
contraire, que ça marchera...

Et, d'un sourire, elle compléta sa pensée. Tatan Néné et Louise
Violaine étaient de cet avis; la première raconta qu'elle avait
fait des noces à tout casser avec des militaires; oh! de bons
garçons, et qui auraient commis les cent dix-neuf coups pour les
femmes. Mais, ces dames ayant trop élevé la voix, Rose Mignon,
toujours sur le coffre, devant le lit, les fit taire d'un chut!
soufflé légèrement. Elles restèrent saisies, avec un regard
oblique vers la morte, comme si cette prière de silence fût
sortie de l'ombre même des rideaux; et, dans la lourde paix qui
tomba, cette paix du néant où elles sentaient la rigidité du
cadavre étendu près d'elles, les cris de la foule éclatèrent:

-- A Berlin! à Berlin! à Berlin!

Mais bientôt elles oublièrent de nouveau. Léa de Horn, qui avait
un salon politique, où d'anciens ministres de Louis-Philippe se
livraient à de fines épigrammes, reprit très bas, en haussant les
épaules:

-- Quelle faute, cette guerre! quelle bêtise sanglante!

Alors, tout de suite, Lucy prit la défense de l'empire. Elle
avait couché avec un prince de la maison impériale, c'était pour
elle affaire de famille.

-- Laissez donc, ma chère, nous ne pouvions nous laisser insulter
davantage, cette guerre est l'honneur de la France... Oh! vous
savez, je ne dis pas ça à cause du prince. Il était d'un rat!
Imaginez-vous, le soir, en se couchant, il cachait ses louis dans
ses bottes, et quand nous jouions au bézigue, il mettait des
haricots, parce qu'un jour j'avais fait la blague de sauter sur
l'enjeu... Mais ça ne m'empêche pas d'être juste. L'empereur a
eu raison.

Léa hochait la tête d'un air de supériorité, en femme qui répète
l'opinion de personnages considérables. Et, haussant la voix:

-- C'est la fin. Ils sont fous, aux Tuileries. Hier, voyez-vous,
la France aurait dû plutôt les chasser...

Toutes l'interrompirent violemment. Qu'avait-elle donc, cette
enragée-là, après l'empereur? Est-ce que le monde n'était pas
heureux? est-ce que les affaires ne marchaient pas? Jamais
Paris ne s'amuserait si fort.

Gaga s'emportait, réveillée, indignée.

-- Taisez-vous! c'est idiot, vous ne savez pas ce que vous
dites!... Moi, j'ai vu Louis-Philippe, une époque de panés et de
grigous, ma chère. Et puis est venu quarante-huit. Ah! une
jolie chose, une dégoûtation, leur République! Après février,
j'ai crevé la faim, moi qui vous parle!... Mais, si vous aviez
connu tout ça, vous vous mettriez à genoux devant l'empereur, car
il a été notre père, oui, notre père...

On dut la calmer. Elle reprit, dans un élan religieux:

-- O mon Dieu, tâchez que l'empereur ait la victoire.
Conservez-nous l'empire!

Toutes répétèrent ce voeu. Blanche avoua qu'elle brûlait des
cierges pour l'empereur. Caroline, prise d'un béguin, s'était
promenée pendant deux mois sur son passage, sans pouvoir attirer
son attention. Et les autres éclataient en paroles furibondes
contre les républicains, parlaient de les exterminer à la
frontière, afin que Napoléon III, après avoir battu l'ennemi,
régnât tranquille, au milieu de la jouissance universelle.

-- Ce sale Bismarck, en voilà encore une canaille! fit remarquer
Maria Blond.

-- Dire que je l'ai connu! cria Simonne. Si j'avais pu savoir,
c'est moi qui aurais mis quelque drogue dans son verre.

Mais Blanche, ayant toujours sur le coeur l'expulsion de son
Prussien, osa défendre Bismarck. Il n'était peut-être pas
méchant. Chacun son métier. Elle ajouta:

-- Vous savez qu'il adore les femmes.

-- Qu'est-ce que ça nous fiche! dit Clarisse. Nous n'avons pas
envie de le faire, peut-être!

-- Des hommes comme ça, il y en a toujours de trop, déclara Louise
Violaine gravement. Vaudrait mieux s'en passer, que d'avoir
affaire à de pareils monstres.

Et la discussion continua. On déshabillait Bismarck, chacune lui
allongeait un coup de pied, dans son zèle bonapartiste; pendant
que Tatan Néné répétait d'un air vexé:

-- Bismarck! m'a-t-on fait enrager avec celui-là!... Oh! je lui
en veux!... Moi, je ne le connaissais pas, ce Bismarck! On ne
peut pas connaître tout le monde.

-- N'importe, dit Léa de Horn pour conclure, ce Bismarck va nous
flanquer une jolie tripotée...

Elle ne put continuer. Ces dames se jetaient sur elle. Hein?
quoi? une tripotée! C'était Bismarck qu'on allait reconduire
chez lui, à coups de crosse dans le dos. Avait-elle fini, cette
mauvaise Française!

-- Chut! souffla Rose Mignon, blessée d'un tel tapage.

Le froid du cadavre les reprit, elles s'arrêtèrent toutes à la
fois, gênées, remises en face de la mort, avec la peur sourde du
mal. Sur le boulevard, le cri passait, enroué, déchiré:

-- A Berlin! à Berlin! à Berlin!

Alors, comme elles se décidaient à partir, une voix appela du
corridor:

-- Rose! Rose!

Étonnée, Gaga ouvrit la porte, disparut un instant. Puis, quand
elle revint:

-- Ma chère, c'est Fauchery qui est là-bas, au fond... Il ne veut
pas avancer, il est hors de lui, parce que vous restez près de ce
corps.

Mignon avait fini par pousser le journaliste. Lucy, toujours à
la fenêtre, se pencha; et elle aperçut ces messieurs sur le
trottoir, la figure en l'air, lui faisant de grands signes.
Mignon, exaspéré, tendait les poings. Steiner, Fontan, Bordenave
et les autres, ouvraient les bras, d'un air d'inquiétude et de
reproche; tandis que Daguenet, pour ne pas se compromettre,
fumait simplement son cigare, les mains derrière le dos.

-- C'est vrai, ma chère, dit Lucy en laissant la fenêtre ouverte,
j'avais promis de vous faire descendre... Ils sont tous à nous
appeler.

Rose quittait péniblement le coffre à bois. Elle murmura:

-- Je descends, je descends... Bien sûr, elle n'a plus besoin de
moi... On va mettre une soeur...

Et elle tournait, sans pouvoir trouver son chapeau et son châle.
Machinalement, sur la toilette, elle avait empli une cuvette
d'eau, elle se lavait les mains et le visage, en continuant:

-- Je ne sais pas, ça m'a donné un grand coup... Nous n'avions
guère été gentilles l'une pour l'autre. Eh bien! vous voyez,
j'en suis imbécile... Oh! toutes sortes d'idées, une envie d'y
passer moi-même, la fin du monde... Oui, j'ai besoin d'air.

Le cadavre commençait à empoisonner la chambre. Ce fut une
panique, après une longue insouciance.

-- Filons, filons, mes petites chattes, répétait Gaga. Ce n'est
pas sain.

Elles sortaient vivement, en jetant un regard sur le lit. Mais,
comme Lucy, Blanche et Caroline étaient encore là, Rose donna un
dernier coup d'oeil pour laisser la pièce en ordre. Elle tira un
rideau devant la fenêtre; puis, elle songea que cette lampe
n'était pas convenable, il fallait un cierge; et, après avoir
allumé l'un des flambeaux de cuivre de la cheminée, elle le posa
sur la table de nuit, à côté du corps. Une lumière vive éclaira
brusquement le visage de la morte. Ce fut une horreur. Toutes
frémirent et se sauvèrent.

-- Ah! elle est changée, elle est changée, murmurait Rose Mignon,
demeurée la dernière.

Elle partit, elle ferma la porte. Nana restait seule, la face en
l'air, dans la clarté de la bougie. C'était un charnier, un tas
d'humeur et de sang, une pelletée de chair corrompue, jetée là,
sur un coussin. Les pustules avaient envahi la figure entière,
un bouton touchant l'autre; et, flétries, affaissées, d'un aspect
grisâtre de boue, elles semblaient déjà une moisissure de la
terre, sur cette bouillie informe, où l'on ne retrouvait plus les
traits. Un oeil, celui de gauche, avait complètement sombré dans
le bouillonnement de la purulence; l'autre, à demi ouvert,
s'enfonçait, comme un trou noir et gâté. Le nez suppurait
encore. Toute une croûte rougeâtre partait d'une joue,
envahissait la bouche, qu'elle tirait dans un rire abominable.
Et, sur ce masque horrible et grotesque du néant, les cheveux,
les beaux cheveux, gardant leur flambée de soleil, coulaient en
un ruissellement d'or. Vénus se décomposait. Il semblait que le
virus pris par elle dans les ruisseaux, sur les charognes
tolérées, ce ferment dont elle avait empoisonné un peuple, venait
de lui remonter au visage et l'avait pourri.

La chambre était vide. Un grand souffle désespéré monta du
boulevard et gonfla le rideau.

-- A Berlin! à Berlin! à Berlin!



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | Next |

N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.